Claire 20 novembre 2018 3:35 20 novembre 2018 3:35

Jeudi 25 octobre
Après le passage à la frontière et un peu de bus, nous prenons un bateau (enfin une barque à moteur) pour aller jusqu’à Don Det. Leurs barques sont très belles, elles sont toutes fines et longues. Des enfants se baignent dans l’eau, on aperçoit des pêcheurs et surtout on a la chance d’admirer le coucher de soleil. C’est splendide!

Arrivés sur l’île, nous allons à notre logement réservé sur internet, smiling lao. On nous donne notre bungalow et là c’est la douche froide. C’est miteux, drap housse troué avec pleins d’insectes dessus et qui volent partout. Une mini salle d’eau immonde, impossible de se laver là dedans. Et l’odeur n’en parlons pas. On inspecte le lit, on a peur qu’il y ait des puces de lit. Pas du tout rassuré, on part au restaurant pour avoir la wifi et regarder à quoi ressemblent ces fameuses bed bugs. Un couple étranger est là et nous dit “vous dormez ici? Vous allez voir c’est super, la chambre , la famille …” On se regarde avec Clément, on est si difficile que ça ? Du coup on lui demande à voir son bungalow et là on comprend. Oui le sien est TB. Il fait parti d’un premier bloc de bungalows où c’est bien écrit le nom de l’hôtel. Nous on est plus loin et sûrement dans l’hôtel du voisin. On prend des photos et lui demande combien il a payé. Comme nous ! Je vais donc voir la dame en lui disant qu’en plus on avait réservé, qu’elle nous mette dans ce type de bungalow ou qu’elle nous rembourse (ou même on dort une nuit mais à moitié prix). Du coup elle me dit qu’il n’y a plus de place dans ses bungalows (et demain elle ne sait pas mais sûrement pas, ok super la gestion), et m’emmène voir une chambre d’un autre hôtel plus loin. Elle est beaucoup mieux même si ce n’est pas hyper clean (et finalement le lit est pourri) et même moins chère.
Voilà, on peut dormir un peu plus sereinement (même si avec les ressorts du lit ce n’est pas facile).

Vendredi 26 octobre
Nous sommes réveillés à l’aube et dans les premiers à être levés sur l’île. Nous partons louer des vélos et allons jusqu’à Don Khone, l’île voisine reliée par un pont. Nous allons aux cascades Tad Somphamit et Li phi, payantes, et jusqu’à la plage. Pour nous ce ne sont pas vraiment des cascades mais plus des rapides (sauf la dernière mais elle est très loin, on ne la voit pas bien). Étant à la fin de la saison des pluies, l’eau est marron et à fort débit. C’est peut-être ce qui gâche un peu le spectacle.

Nous continuons notre chemin en vélo jusqu’au sud de l’île, là où partent les bateaux pour voir les dauphins roses. Mais les prix des excursions sont chers et surtout l’espèce est en voie d’extinction, il n’en reste que 2 apparemment. Donc pas sûr de les voir et est ce bien raisonnable d’aller les embêter ?!

On continue notre route jusqu’aux cascades de l’est. L’accès à la cascade Paksy était fermé et l’autre point de vue après le pont suspendu n’avait rien d’exceptionnel. Vous l’aurez compris, ce ne sont pas nos plus belles cascades.

La balade à travers la campagne est chouette. On peut voir des buffles, des vaches, des chèvres (enfin, on en avait pas vu au Cambodge ni en Indonésie) et pleins de grenouilles (allant de bébés à de bien grosses !).


Le soir, notre partons à l’ouest de Don Det admirer le beau coucher de soleil.

Nous trouvons les îles mignonnes mais sans plus. Les gens ne sont pas toujours très accueillants, le sourire des enfants n’est plus là (comparé aux enfants Cambodgiens), les paysages sont beaux mais rien de plus que ce qu’on a déjà vu auparavant. Nous décidons donc de partir demain pour Pakse et le plateau des Bolovens.