Clément 8 juillet 2018 22:31 14 juillet 2018 13:08

Samedi 23 juin. 7h30, nous partons rejoindre notre 4x4 pour notre trek de 4 jours du salar d’Uyuni et du sud de Lipez. Alors, ce n’est pas vraiment un trek puisque nous n’allons pas marcher beaucoup, mais nous allons faire beaucoup, beaucoup, beaucoup de 4x4 sur de la piste. Et nous n’allons pas que visiter le salar mais pleins d’autres sites et traverser de magnifiques paysages (les photos arrivent, un peu de patience). Nous faisons la connaissance de German (prononcé Herman) notre guide et chauffeur, et Fortunata notre cuisinière. Nous allons passer ces 4 jours tous les 6 (avec Céline et Clément).

Nous montons dans la jeep. A 4 dedans, on est plutôt à l’aise (il parrait que les jeep depuis Uyuni partent à 6, et bah je vous conseille de choisir une jeep avec que 4 (max 5) personnes parce que 4 jours serrés dans une voiture sur de la piste, ça ne doit pas être agréable). On prend vite nos marques et mettons un peu nos affaires un peu partout sur le siège. Ah oui, en fait il fait très froid là où on va, donc on a triple couche sur nous, mais comme le passage du 4x4 fait beaucoup de poussière, il faut laisser les vitres fermées. Il fait donc vite chaud dans la voiture, et nous devons à chaque arrêt enlever et remettre nos pulls et vestes pour ne pas avoir froid dehors.

Je vais donc vous résumer rapidement cette première journée. Nous avons alterné entre la conduite de German (vite mais bien, genre Sébastien Loeb) et les visites des sites, tout en traversant de magnifiques paysages.
Premier site : Sillar ; Deuxième site : la Ciudad del Encanto, une ville de montagnes de roche friable façonnées par le vent, l’eau … formant d’extraordinaires rideaux de roche et un véritable labyrinthe. On déjeune au pied de ce magnifique endroit une bonne escalope milanaise de poulet avec riz pomme de terre et crudités.

Nous continuons ensuite notre parcours dans le sud de Lipez. Enfin, pas facile quand la batterie s’arrête d’un seul coup. Mais heureusement German sait y faire !
Nous nous arrêtons visiter le Pueblo Fantasma, une ancienne ville de mineur en ruine où nous pouvons découvrir l’entrée de la mine, vraiment très étroite.

Nous arrivons le soir dans un petit village, à Quetena Chico. Nous prenons rapidement possession des lieux en déchargeant le matériel entreposé sur le toit et dans le coffre de la jeep : matériel et nourriture pour que Fortunata puisse préparer à manger, et nous récupérons nos affaires pour dormir.
Après un thé puis un super repas préparé par Fortunata, nous prenons la direction de notre chambre pour aller dormir.
Alors je ne sais pas quelle température il fait dans la chambre (un tout petit peu plus chaud que dehors), mais il fait vraiment froid, environ 0 degrés. Heureusement que l’agence nous a fourni des duvets, parce que nous aurions eu froid. On a donc dormi tout habillé dans : nos draps de soie, nos duvets, les duvets de l’agence puis par dessus la couverture du lit. Nous n’avons pas eu trop froid.

Dimanche 24 juin. Si on peut résumer cette journée, c’est une succession de paysages magnifiques mais diarrhées et vomissements pour tous les deux. Si vous ne voulez pas les détails, passez à la journée suivante.
Cette journée a donc commencé à 4h du matin pour Claire (même si visiblement elle n’a pas vraiment dormi avant), par de nombreux passages aux toilettes jusqu’à 7h du matin, et moi les passages aux toilettes ont été plus espacés dans la journée (quelques fois, il faut improviser les toilettes derrière une pierre). Bref, nous n’étions pas très en forme et fatigués tous les deux. Nous avons, au début, accusé la nourriture mais ensuite on a pensé plutôt au froid et à l’altitude, notre estomac n’aimant peut être pas trop ça. Il faut rappeler qu’il fait vraiment froid dès qu’on sort de la voiture, et que le vent accentue cette sensation de froid.
Notre santé n’étant pas au rendez vous, cela ne nous a pas empêché d’admirer les magnifiques paysages comme la laguna kollpa (composée d’un détergent naturel utilisé pour les savons …), les roches de Dali (car il est venu peindre ce paysages de rochers), la laguna verde (verte en fonction du vent et par sa composition en cuivre oxydé et ses algues), la laguna blanca (le sel?), des geysers (eau provenant du volcan), la laguna colorada (rouge dû à l’argile dans le sol) et ses flamands roses, et de se baigner dans une source chaude (pas un bon souvenir pour Claire parce que n’ayant plus de force, elle est tombée dans les pommes une dizaine de minutes après être sortie de l’eau. Mais pas de panique, j’étais là pour gérer la situation et une autre personne (Vanessa, la femme d’Alfonso qui a fait du cheval avec nous) lui a donné du sucre pour aller mieux).

 

Nous arrivons dans l’auberge à Villa Mar vers 17h30 (4 murs, un toit, de l’électricité, et la même température que dehors, les toilettes et la douche pas très bien isolés du froid et du vent). German, nous a préparé une surprise pour le dîner, un cocktail de couleur bleue (en rapport avec une laguna celeste que nous n’avons pas pu faire car trop loin de notre parcours et gelée si nous avons bien tout compris).

Lundi 25 juin. Faisons un point sur notre état de santé. Je vais un peu mieux, Claire pas du tout, elle a dû refaire un tour aux toilettes plusieurs fois dans la nuit. Nous ne démarrons donc pas cette troisième journée de la meilleure des façons (Céline aussi n’est pas au top de sa forme). D’autant plus que nous sommes en rupture de médicament. Mais German et Fortunata ne souhaitent pas nous laisser dans cet état là et prennent les choses en main. Le midi, German achète quelque chose et nous prépare son petit remède maison contre le mal de l’estomac. Nous lui faisons confiance. Il nous rapporte un liquide un peu gélatineux mais qui a du goût. Sa recette, ou plutôt celle de sa femme : de l’eau chaude, de la maïzena, de la cannelle, des clous de girofle et du sucre. Du smecta maison mais qui a meilleur goût :). Nous mangeons un délicieux hachis parmentier au thon que Fortunata nous a préparé !

Nous visiterons donc le matin un site avec des rochers, dont un qui a la forme du trophée de la coupe du monde, un autre d’un chameau, un autre site puis nous ferons une petite balade de 20 min dans une sorte de marécage où l’eau qui coule circule sous la glace gelée, pour atteindre la laguna negra, gelée elle aussi. Elle porte ce nom suite à la cendre volcanique qui s’est déversée dans le lac, devenu tout noir. Nous nous arrêtons ensuite au bord d’un grand canyon (canon anaconda car la rivière en bas forme un serpent).

Nous prenons enfin le chemin de notre dernier hôtel, un hôtel fait tout en sel, près du salar d’Uyuni où nous profitons du coucher de soleil sur le salar (avec vin et pop corn). Le salar est grandiose, 12000 km2 d’une étendue blanche immaculée. On a hâte d’aller découvrir cette endroit le lendemain.
De retour à notre logement nous avons le droit à un cocktail aux couleurs de la Bolivie, une soupe, des lasagnes façon bolivienne, du vin et notre remède maison en dessert.

Mardi 26 juin.
Nous dormons enfin toute la nuit et très bien tous les deux. Enfin pas une nuit complète car nous nous sommes levés à 5h du matin pour aller admirer le lever du soleil sur le salar. Pour cela on grimpe en haut de l’île Incahuasi et on observe dans le froid la venue du soleil. Après un petit déjeuner au pied de l’île, nous partons faire des photos au milieu du désert de sel sans personne à l’horizon. Après une halte au monument du Dakar, German nous emmène là où se trouve de l’eau sur le salar, nous permettant de voir le reflet des nuages et des montagnes dans l’eau miroir ; c’est magique. Nous pique-niquons dans le désert un bon poulet avec crudités et pommes de terre. Oups je crois qu’on a pris des coups de soleil au visage. Nous rentrons direction Uyuni et son cimetière de trains. Uyuni est pour le moment la pire ville qu’on ai vu (c’est moche et sale). Nous déposons Céline et Clément et partons pour Tupiza. Enfin on s’arrête 2 min plus tard et German part. On l’attend pendant 1h30 dans la voiture. Apparemment le 2ème jour du tour, il aurait pris une route en voiture interdite (on aurait dû faire à pied) et doit payer une grosse amende. Les paysages sur la route sont encore magnifiques. Nous mettrons h pour rentrer. On bonne douche bien méritée (4j sans douche) et une bonne nuit nous attend.

Pendant ces 4j nous avons eu la chance de voir: des lamas, des vigognes, des ânes, des autruches, des lapins, des chinchilas, des flamands roses et gris, un renard, des oiseaux, des canards, des sortes de mouettes toujours par 2 en couple, des chiens, des chats, des moutons, des brebis, des condors, des rapaces …

Photos

Pour les autres photos de la Bolivie, rendez-vous sur la page Bolivie ou sur la page Photos.